↑ Retour à Expositions 2010

2010/11-12 – Exposition « La Belgique de papa »

« La Belgique de papa a vécu », la formule de Gaston Eyskens date de 1970.La crise de l’université de Louvain venait de produire ses premiers effets ; 30.000 flamands avaient exigé le départ des étudiants francophones de Leuven au nom du droit du sol et de l’unilinguisme régional.Pour la 1ère fois le communautaire imposait de redessiner les institutions politiques de notre « petit royaume ».« La Belgique de papa », c’est le titre choisi par la Renaissance du Livre, prestigieuse maison d’édition qui a vécu des périodes de sommeil plus ou moins agité avant de « renaître » à 2 reprises, pour un ouvrage de photographies de Charles Henneghien légendées par Julos Beaucarne.Charles Henneghien, photographe par passion depuis l’adolescence, auteur d’une quinzaine d’ouvrages devra néanmoins se battre pendant près de 5 ans pour voir aboutir son projet ; Julos Beaucarne, séduit par les photos, apportera, en signant les textes, la caution qui permettra à l’ouvrage de sortir de presse 4 mois après des élections dont le résultat a fait encore plus voler en éclats cette Belgique de papa.

Le livre et l’exposition s’articulent en 4 thèmes : Le monde rural, les ambiances urbaines, les banlieues, les fêtes et rencontres

Les photographies balaient notre passé des années 50 à 70, magnifiées par le noir et blanc qui présente le sujet dans sa nature brute, dénué de tout artifice.
Charles Henneghien, même s’il n’en avait peut-être pas conscience, a fait œuvre de sociologue, d’historien en capturant des expressions, des attitudes amplifiées par des contrastes francs.

L’émotion naît de ces « images banales de gens ordinaires » qui apparaissent « dans leur jus » sans cette quête de perfection glacée qui caractérise trop souvent les photos numériques retouchées à outrance par un logiciel bien connu.